Les fondements pédagogiques de l’école



Cette école, pourquoi ?
  • Pour que les enfants soient HEUREUX de venir à l’école, et qu’ils puissent y apprendre dans la JOIE. Car sans joie, aucun apprentissage véritable n’est possible. Nous nous inspirons ici de la célèbre formule de Maria Montessori : « La joie d’apprendre est autant indispensable  l’intelligence que la respiration aux coureurs. »
  • Pour revenir à la définition du verbe élever, qui vient du latin elevare: porter plus haut, porter vers ce qui est plus grand.
  • Pour respecter les différences et les besoins de chaque enfant, et les accueillir avec leurs potentialités propres.
  • Pour que chaque enfant puisse apprendre à son propre rythme, développe ses capacités intellectuelles et psychiques, son autonomie, sa confiance en lui, et cultive son désir d’apprendre.
  • Pour que l’enfant d’aujourd’hui devienne un citoyen actif et responsable dans le monde de demain, curieux et ouvert aux autres et à son environnement.
  • Pour donner la liberté aux parents d’une alternative au projet éducatif unique qui existe en France, alors que cette liberté existe déjà dans de nombreux autres pays.
  • Pour que des changements interviennent, parce que nous ne pouvons pas tout attendre des politiques ni de l’État : il nous appartient à nous, maintenant, que ces choses se mettent en œuvre.

Cette école, comment ? 

Les pédagogies actives Montessori et Freinet
sont l’identité de l’école. L’apprentissage global utilisé par ces pédagogies permet de passer par l’expérimentation, source de motivation, afin d’intégrer les compétences et les connaissances nécessaires au développement de l’enfant. Le lien à la nature et l’ouverture sur le monde (économique, culturel…) sont les autres piliers pédagogiques de l’école.


  • En favorisant la coopération et l’émulation entre les enfants, et non la compétition et l’individualisme exacerbé : absence de notation, projets par petits groupes qui donnent sens aux apprentissages, etc.
  • En favorisant l’autonomie et l’autocorrection entre les enfants, sous la conduite et les apports d’un enseignant « guide » plutôt que la soumission à des règles et des savoirs érigés par un enseignant « maître » : conseil des enfants (Quoi de Neuf), entraide entre les pairs, etc.
  • En favorisant le travail en projet : l’origine peut être un projet de classe (induit par les enfants ou l’éducateur), un projet personnel, une recherche à la suite du Quoi de neuf, une passion … Ce travail inter-disciplinaire, où les enfants se retrouvent en situation de recherche, permet de tisser des liens entre les matières, de donner du sens aux apprentissages. Le projet créé de l’enthousiasme dans les découvertes faites et favorise donc une meilleure appropriation des connaissances.
  • En favorisant le sens de la responsabilité et du respect, de soi, de l’autre, de la nature : écoute, empathie, partage : responsabilités confiées à chaque enfant dans la classe, soins des plantes et du jardin, etc.
  • En s’appuyant sur les intelligences multiples de chacun, pour encourager dans les domaines où l’enfant a des facilités et l’aider dans les domaines où il a plus de difficultés : développement de la confiance en soi, acceptation de son identité profonde, confiance dans l’engagement de ses propres projets, développement d’une relation saine à l’autre, etc.
  • En veillant à ouvrir l’école sur l’extérieur et en ouvrant nos portes à des personnalités enrichissantes (musiciens, artisans, scientifiques, etc.). Ces rencontres sont un lien à la vie concrète et sociale, elles permettent là encore de donner du sens aux apprentissages.